Informations scientifiques autour du THS2.2

writing in notebook

Le développement de produits potentiellement moins nocifs par Philip Morris International

La fumée de cigarette contient de la nicotine, un composant naturel du tabac, mais également des milliers de composés chimiques dont une centaine reconnus pour leur nocivité. Ce sont ces composants, et non la nicotine, qui sont la principale cause des maladies liées au tabagisme. Notre centre mondial de recherche et développement à Neuchâtel développe depuis de nombreuses années des produits sans combustion afin de proposer aux fumeurs adultes des produits moins nocifs que la cigarette.

Nous vous proposons ci-dessous un résumé des informations scientifiques relatives au THS2.2.

16-07-27_pmi_day-3-5643-2

Le processus d'évaluation scientifique du THS2.2 

PMI a mis en place un programme scientifique afin d'évaluer la vapeur de tabac générée par le THS2.2 grâce à des tests approfondis en laboratoire, comparant sa composition et sa toxicité à la fumée de cigarette.  Nous avons également mené plusieurs études cliniques contrôlées chez des fumeurs adultes. Nous continuons à étudier l’utilisation et les effets du THS2.2 en conditions réelles après sa mise sur le marché.

Ce que contient la vapeur de tabac du THS2.2

La vapeur de tabac du THS2.2 est composée de 90% d'eau et de glycérine, et contient en moyenne 95% de substances chimiques nocives en moins par rapport à une cigarette. Nos analyses couvrent les substances nocives ou potentiellement nocives figurant sur les listes établies par organisations sanitaires reconnues. Ainsi, l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a développé une liste de 9 substances et la Food and Drug Administration (FDA) américaine a établi une liste prioritaire de 18 substances pouvant être quantifiées en utilisant les techniques analytiques actuelles.

Afin d'évaluer la vapeur de tabac générée par le THS2.2 dans nos laboratoires de Neuchâtel - ainsi que dans des laboratoires indépendants - nous avons mesuré un total de 58 substances nocives ou potentiellement nocives, dont les substances identifiées par l'OMS et la FDA. Nous avons analysé les niveaux de ces substances dans la vapeur de tabac généré par le THS2.2 et les avons comparés aux niveaux trouvés dans la fumée d'une cigarette de référence (une cigarette développée par l'Université du Kentucky et utilisée par l'industrie du tabac et les laboratoires de recherche indépendants comme standard de recherche et point de comparaison).

PMI_IG_Cig_Iqos_French_v01

Dans la vapeur de tabac générée par le THS2.2, nous avons constaté une réduction moyenne de 95% des niveaux de ces substances nocives ou potentiellement nocives par rapport à la fumée d'une cigarette de référence. Ces résultats ont été corroborés par plusieurs études scientifiques indépendantes et par des rapports des autorités publiques. Pour en savoir plus, cliquez ici.

PMI-IG-CarcinoDrop1-French

Toxicité: Évaluation de la toxicité du THS2.2 en laboratoire

Lorsque nous évaluons la toxicité inhérente à l'utilisation du THS2.2 dans nos laboratoires de Neuchâtel, nous utilisons des protocoles de recherche scientifique reconnus et largement utilisés pour l'évaluation de produits de consommation courante (comme le denrées alimentaires) et de produits pharmaceutiques afin de déterminer leurs effets toxiques potentiels. Nous nous servons de ces protocoles de référence afin de déterminer si la réduction des substances nocives et potentiellement nocives contenues dans la vapeur de tabac générée par le THS2.2 réduit, en laboratoire, sa toxicité en comparaison à la fumée de la cigarette de référence. Dans ces tests de toxicité en laboratoire, nous constatons une réduction de 95% de la toxicité de la vapeur de tabac générée par le THS2.2 en comparaison de la fumée d'une telle cigarette.

PMI-IG-CarcinoDrop2-French

Essais cliniques sur l'humain

À ce jour, nous avons conduit une dizaine d'études cliniques avec des centaines de fumeurs adultes dans plusieurs pays afin de mieux comprendre l'effet de l'utilisation du THS2.2 sur l'humain (protocoles disponibles ici). Afin d'étudier cet effet, nous comparons les résultats cliniques sur des consommateurs adultes qui utilisent exclusivement le THS2.2 à ceux portant sur des consommateurs adultes qui continuent à fumer des cigarettes ou qui cessent de fumer. 

Dans l'étude ci-dessous, nous avons analysé l'évolution de 15 biomarqueurs d'exposition spécifiques à la consommation de produits du tabac (des informations plus détaillées ici) sur une période de trois mois aux États-Unis. Nous avons constaté une corrélation entre la réduction des constituants nocifs dans la vapeur de tabac du THS2.2 et la quantité de toxiques se retrouvant effectivement dans le corps humain indiquant que les consommateurs du THS2.2 sont moins exposés aux toxiques que les fumeurs de cigarettes. Les résultats ci-dessous montrent par exemple les données de quatre biomarqueurs les plus importants.

PMI-IG-BodyEffect-French

Récemment une étude publiée dans une revue indépendante à comité de lecture a montré lors du passage au tabac chauffé une amélioration significative de 5 biomarqueurs impliqués dans les mécanismes physiopathologiques des complications du tabac. Cette étude portait sur une population de fumeurs adultes qui passaient au tabac chauffé sur 6 mois en comparaison à une population de fumeurs qui continuaient de fumer leurs cigarettes. Au total 1,000 fumeurs adultes qui n’avaient pas l’intention de s’inscrire prochainement dans une démarche de sevrage ont participé à cette étude.

En conclusion

L’évaluation scientifique montre que les niveaux de substances nocives générés dans la vapeur de tabac chauffé par le THS2.2 sont significativement inférieurs à ceux mesurés dans la fumée lorsque le tabac est brûlé. Il en découle une réduction de la toxicité de la vapeur de tabac générée par le THS2.2 en laboratoire. Dans les études cliniques sur l’humain, cette réduction significative se traduit par une réduction de l’exposition aux composés nocifs mesurés chez des fumeurs adultes qui substituent de manière prédominante leur consommation de cigarettes par le THS2.2. Ces réductions sont comparables à celles mesurées chez les fumeurs adultes qui arrêtent de fumer pendant la durée des études. On a également étudié l'effet de la réduction d'exposition aux constituants nocifs sur les biomarqueurs cliniques des maladies liées au tabagisme. Nos résultats indiquent une évolution favorable de ces biomarqueurs impliqués dans les maladies liées à la consommation de cigarettes.

En outre, des études à long terme dans de conditions réelles, c'est-à-dire les conditions de la vie quotidienne, sont en cours. Toutes ces recherches feront l'objet de publications ultérieures.

Pour approfondir le sujet

Toutes les données ci-dessus ont été publiées dans des publications revues par des pairs, présentées lors de congrès spécialisés et soumis à différentes autorités sanitaires à travers le monde, dont la FDA aux Etats-Unis. Un résumé de notre science peut être consulté ici et est mis à jour régulièrement (en anglais).

Tous nos protocoles cliniques sont publics et disponibles sous clinicaltrials.gov (en anglais).

De plus, nous rendons public tous nos données brutes afin de permettre aux chercheurs externes de vérifier nos données sur IntervalsScience (en anglais).

Finalement, nous publions régulièrement des "Scientific Updates" qui renseignent sur l’avancement des recherches que nous menons dont le plus récent est disponible ici (en anglais).

Partagez cette page