Développer des alternatives moins nocives que la cigarette

marketsite scientist with IQOS banner

Aujourd’hui, il y a un milliard de fumeurs dans le monde. L’Organisation mondiale de la santé estime qu’il y aura plus d’un milliard de fumeurs d’ici 20251. Comment changer la donne ? Quelles solutions proposer à ces fumeurs qui n’arrêteront pas de fumer ?

En complément aux politiques de prévention primaire et de cessation, qui doivent toujours prévaloir, Philip Morris International soutient une approche basée sur la réduction des risques en proposant des alternatives prouvées scientifiquement moins novices à la cigarette. Notre pipeline d’innovation contient à ce jour, quatre alternatives à la cigarette conventionnelle afin de répondre aux différents besoins des fumeurs.

Ces nouveaux produits s’adressent aux fumeurs adultes qui n’arrêtent pas de fumer. Ces produits ont pour objectif de répondre aux besoins de ces fumeurs qui sont soucieux d’une consommation moins risquée.

Ces alternatives ne sont pas sans risque. Elles contiennent de la nicotine qui est une substance addictive mais n’est pas la cause principale des maladies liées au tabac2. Il est donc impératif de tenir les mineurs et les non-fumeurs éloignés de leur usage.

Nous sommes convaincus que des initiatives coconstruites avec les pouvoirs publics pour encadrer ces nouveaux produits contribueront, sur l’exemple du Royaume-Uni notamment, à la diminution de la prévalence tabagique en France. 

content02-how-does-itd973edbc6c7468f696e2ff0400458fff

La combustion : source principale du problème

Le rituel est simple : un fumeur allume une cigarette et inhale plusieurs bouffées, jusqu’à ce que les feuilles de tabac et le papier aient complètement brûlé. La combustion d’une cigarette produit un mélange complexe désigné communément sous le nom de fumée de cigarette. Ce processus de combustion génère plus de 6.000 substances chimiques. 100 d'entre elles sont considérées comme causes possibles de maladies liées au tabagisme, notamment le cancer des poumons, les maladies cardiovasculaires ou l’emphysème.

Depuis plus de 10 ans, PMI mobilise sa R&D en vue de développer des alternatives potentiellement moins nocives à la cigarette conventionnelle et propose des catégories de produits ne générant ni combustion, ni fumée.

Les procédés développés consistent à produire de la vapeur à base de nicotine au lieu de la fumée. Vapeur de nicotine que le consommateur inhale, et qui contient une quantité significativement moins importante de substances chimiques nocives que la cigarette conventionnelle3.

PMI a développé 2 familles de produits sans combustion : 

  • La première consiste à chauffer le tabac pour générer une vapeur à base de nicotine, tout en réduisant considérablement la teneur en produits chimiques nocifs. Sur un principe de chaleur qui ne brûle pas : le tabac est chauffé juste assez pour libérer sa nicotine et ses saveurs dans de la vapeur.
  • La deuxième contient de la nicotine extraite de feuilles de tabac. Elle produit une vapeur qui contient de la nicotine, mais pas de tabac.
marketsite scientist holding IQOS

Qu'est-ce que la nicotine ? 

La nicotine est un composant naturellement présent dans la plante de tabac. Contrairement aux idées reçues, ce n’est pas la nicotine en elle-même qui est nocive, mais les toxiques et les carcinogènes dégagées par la fumée de cigarette conventionnelle qui sont les causes principales des maladies liées au tabagisme2.

La nicotine n’est pas sans risque, elle crée une dépendance et peut mener à l’addiction. Ce sont ses effets en sus des raisons psychologiques, comportementales et sociétales propres aux fumeurs, que recherchent les fumeurs de cigarettes conventionnelles.

La combustion du tabac présent dans une cigarette conventionnelle est responsable des principales maladies liées au tabagisme. C’est pour cette raison que PMI développe des produits nicotiniques qui ont le potentiel de diminuer les risques générés par la combustion et par la fumée de cigarette. La technologie THS2.2 qui chauffe le tabac, et développée par PMI, a pour objectif de générer une vapeur à base de nicotine obtenue en chauffant le tabac et non en le brûlant. Ce processus de chauffage ne dégage pas de fumée mais de la vapeur à base de nicotine qui comporte, par conséquent, significativement moins de constituants chimiques nocifs que la fumée de cigarette. 

ATTENTION : La nicotine, ingérée ou absorbée à hautes doses (au-delà de celles d’une cigarette ou d’une cigarette électronique), est très toxique et peut faire augmenter la fréquence cardiaque ou la tension artérielle du fumeur. Certaines personnes – y compris les femmes enceintes et les personnes souffrant de maladies cardiovasculaires, de tension artérielle ou de diabète – doivent s’abstenir de consommer de la nicotine. Les personnes mineures ne doivent ni pouvoir accéder au tabac ou aux produits à base de nicotine, ni en consommer.

1Bilano V, Gilmour S, Moffiet T, d'Espaignet ET, Stevens GA, Commar A, Tuyl F, Hudson I, Shibuya K. (2015) Global trends and projections for tobacco use, 1990–2025: an analysis of smoking indicators from the WHO Comprehensive Information Systems for Tobacco Control. Lancet 385:966-76.

2Electronic cigarettes, A report commissioned by Public Health England. Public Health England 2014.

3Lien source.

Partagez cette page