Message de notre Présidente Jeanne Pollès

Face aux nouveaux enjeux mondiaux, transformons-nous vraiment!

Jeanne-Polles

La crise Covid a montré que l’entreprise pouvait concourir au bien commun. Que personne n’avait le monopole de l’intérêt général. Mais une question pourrait se poser. Un industriel du tabac peut-il prétendre lui aussi à améliorer le monde tel qu’il est, et non tel que l’on aimerait qu’il soit, sans comportements à risques? C’est le choix que nous avons fait!

Philip Morris International a engagé une transformation sans précédent, avec à la clef cette ambition radicale d’un monde sans fumée, donc sans cigarettes. Grâce au progrès scientifique et aux nouvelles technologies nous avons développé des alternatives à risques réduits qui permettent de chauffer le tabac sans le brûler et offrent un meilleur choix aux fumeurs adultes qui continuent de fumer. Cette mue, nous l’avons d’abord initiée pour nos consommateurs, qui sont de plus en plus nombreux à rechercher des alternatives à la cigarette. Mais pas uniquement.

Nous avons aussi fait le choix d’une transformation globale, qui implique l’ensemble de la chaîne de valeur de l’entreprise, des fournisseurs aux distributeurs, des salariés aux consommateurs. Il n’y a pas d’autre voie possible et pérenne pour une entreprise amenée à réformer le cœur même de son activité, face aux nouvelles attentes sociétales et aux défis sanitaires, climatiques et économiques.

Un tel virage stratégique appelle un projet inclusif et collectif. Pour une transformation efficace, il faut capitaliser et développer les compétences disponibles tout en intégrant celles qui manquent, s’appuyer sur les méthodes qui fonctionnent tout en impulsant l’agilité et l’esprit collaboratif nécessaires aux synergies, à l’engagement et à la créativité des équipes. La transformation ne peut être l’affaire de quelques-uns, elle doit être le projet de tous et mobiliser chacun.

Embarquer. Se transformer ne se limite pas à faire sa révolution interne. Il faut embarquer l’ensemble des partenaires de l’entreprise. Par exemple, chez PMI, nous travaillons avec les cultivateurs de tabac pour construire un nouveau modèle pérenne respectueux des équilibres locaux. En France, à l’autre bout de la chaîne, nous intégrons nos partenaires historiques, les buralistes, en leur confiant la distribution de ces innovations, tout en les accompagnant pleinement dans cette transformation.

La redéfinition d’un modèle offre toujours l’opportunité d’une mue plus globale répondant aux enjeux de responsabilité sociétale et environnementale. Ainsi, les entreprises peuvent affirmer dès aujourd’hui leur rôle dans le monde de demain. Avec une telle approche, chez PMI, nous faisons désormais partie de la solution face au problème de santé publique que représente le tabagisme. Et ceci parce que nous avons associé des chercheurs et le monde scientifique, en investissant en R&D plus de 7 milliards de dollars en 10 ans, et parce que nous participons au débat public et politique. De la même manière que l’Etat a besoin de l’entreprise pour assurer le fonctionnement de la nation, l’entreprise a besoin de l’Etat pour assurer la sécurité sanitaire des produits commercialisés et garantir à chacun un accès à l’information sur les produits représentant un meilleur choix pour la santé.

C’est pourquoi je demande aux autorités de se pencher sur nos innovations, de décortiquer les recherches de nos laboratoires, de les questionner, ainsi que les études scientifiques indépendantes de plus en plus nombreuses sur le sujet. Ce dialogue ancré sur la science, les faits et les chiffres est incontournable, et bénéfique pour tous, en premier lieu pour les fumeurs adultes. Ne nous privons pas, collectivement, de cette possibilité.